Le rôle d'AGRO EDI EUROPE à l'international 

Les domaines d’action d’Agro EDI Europe vont de l’approvisionnement de l’exploi­tation agricole (relations entre fournisseurs et distributeurs) à la première transformation des produits alimentaires. Ceci sans oublier les relations avec les sociétés de services (centres de gestion comptables, laboratoires d’analyse, sociétés de transport etc.) qui échangent plutôt des données techniques (résultats analyse, comptabilité, etc.) que des données commerciales ou logistiques (commandes, factures, bons de livraison, etc.).

 

Plusieurs millions de messages sont ainsi envoyés par an dans le secteur agricole. A titre d’exemple, le groupe InVivo, premier groupe coopératif français d’achats, de ventes et de services dans le secteur agricole a mis en place à l’automne 2012 une application pilote de dématérialisation fiscale des factures. Annuellement, InVivo traite 150 000 factures de fournisseurs et 160 000 factures de clients ; 70% de ses fournisseurs et 60% de ses clients sont en EDI non fiscal avec des factures électroniques s’ajoutant aux factures papier. Suite au passage progressif à l’EDI depuis 1995, l’objectif est aujourd’hui de développer une facture EDI faisant foi sur le plan fiscal et conforme à la facture papier. Une facture dématérialisée revient trois à quatre fois moins chère qu’une facture papier car elle entraîne des gains finan­ciers sur le traitement du courrier et l’archivage. InVivo vise ainsi d’ici 5 ans une optimisation technique et économique des flux de factures dématérialisées sur le plan fiscal à 80-90% (Source : Agrodistribution n°233).


Pour répondre à toutes ces problématiques, l’utilisation de standards est indispen­sable car ce secteur doit interagir avec d’autres écosystèmes (industrie agroalimentaire, industrie chimique, transport, réglementation européenne, commerce international etc.).

 

Les standards pour les échanges dématérialisés nationaux et internationaux sont publiés par une organisation mondiale et reconnue sous l’égide de l’ONU : l’UN/CEFACT (United Nations Centre for Trade Facilitation and Electronic Business) qui existe depuis plus de 20 ans. Les standards proposés sont conformes aux normes ISO.

 

L’association Agro EDI Europe, outre son rôle en France, participe depuis 2004 à l’élaboration des normes au sein de l’UN/CEFACT (United Nations Centre For Trade Facili­tation And Electronic Business), organisation intergouvernementale contrôlée par l’ONU qui a pour objectif la simplification du commerce international par l’utilisation d’échanges élec­troniques professionnels. En 2005, le Program Development Area « Agriculture », ex TBG 18 y est créé. 

 

En 2011, l’UN/CEFACT a été profondément révisé afin d’améliorer sa capacité à répondre aux besoins de ses acteurs et accélérer les processus pour assurer les livrables en temps voulu.

 

Cette nouvelle organisation est assurée par les groupes de travail ou PDA (Pro­gramme Development Area). Les PDAs rassemblent des experts ayant un large éventail de connaissances dans tous les domaines sectoriels afin de formuler, recommander, entre­prendre et suivre les projets de développement d’échanges de données. Les équipes de projet sont ainsi composées d’experts qui ont comme rôle principal de développer les normes UN/CEFACT et d’en établir les recommandations.