L'EDI dans le secteur agricole

Les récentes crises du Horsegate de 2013 et du « concombre espagnol » de 2011 nous rappellent à quel point la traçabilité dans le milieu agricole et agroalimentaire est essentielle. Dans un souci de transparence, le numérique a toute sa légitimité dans le secteur agricole. Que ce soit en productions végétales, en productions animales ou tout au long de la Supply Chain agricole, le numérique propose des outils d'échanges de données efficaces et normalisés.


Un constat : les identifiants accompagnant les flux ne suffisent plus comme outils uniques de la traçabilité physique. Seul le numérique, omniprésent, accompagne les flux physiques et vient garantir l'intégrité de l'information échangée. Le secteur agricole se compose d'un grand nombre d'acteurs distincts (agriculteurs, coopératives, centres de gestion, fournisseurs, etc.) engendrant des échanges multiples. L'existence d'une information unique à tous les niveaux de la chaîne de valeur agricole est donc nécessaire, unicité possible grâce à l'utilisation de messages normalisés au sein de l'UN/CEFACT (United Nations Centre For Trade Facilitation And Electronic Business).

 

L'association Agro EDI Europe est engagée, depuis sa création en 1992, dans le développement des échanges de données informatisés (EDI) dans le secteur agricole. Pour accompagner l'évolution des différents types d'échanges et les uniformiser, Agro EDI Europe assure la création de messages standardisés et normalisés propres à ceux du milieu agricole, en accord avec les standards internationaux existants.

 

Par ailleurs, l'adoption de modes d'échanges informatisés constitue un réel levier de compétitivité pour tous les secteurs d'activité. Ils permettent d'accroitre la réactivité et la fiabilité de toute la chaîne de valeur par une prévision des besoins (réseau d'épidémiosurveillance ou états statistiques des céréales). L'EDI permet une traçabilité et une gestion de la qualité permettant de répondre aux nouvelles exigences dans ce domaine (la traçabilité des produits de la mer et de l'aquaculture en est un exemple).

 

Le numérique offre également des avantages concurrentiels grâce à une standardisation des échanges et un déploiement de leurs utilisations à tous les niveaux de la Supply Chain pour une interopérabilité des acteurs. Il s'inscrit ainsi dans la volonté constante d'une meilleure productivité et d'une meilleure compétitivité, notamment dans les exportations.